L’ascension du Kilimandjaro par la voie Machame

Le Kilimandjaro est le toit de l’Afrique, en effet avec ses 5 895 mètres, le pic Uhuru est le sommet le plus haut d’Afrique. Ce sommet est situé non loin de la frontière entre la Tanzanie et le Kenya mais il est officiellement localisé du côté tanzanien.

Quelle est la meilleure période pour faire l’ascension du Kilimandjaro ?

L’ascension du Kilimandjaro peut s’effectuer à tout moment de l’année

Cependant, certains mois sont préférables et d’autres sont à « éviter ».

La Tanzanie, bénéficiant d’un climat équatorial est agréable tout le long de l’année.

On y trouve deux périodes de pluie :

  • Mars à juin
  • Octobre à décembre

En général, certaines personnes auront tendance à vous conseiller d’éviter de vous lancer dans l’ascension du Kilimandjaro pendant ces deux saisons.

Cependant, ayez conscience que cela dépend du temps que vous aurez. Avec le dérèglement climatique, vous pouvez avoir une semaine magnifique durant la période des pluies ou bien à l’inverse, avoir une semaine de pluie durant les « meilleures périodes ».

Personnellement, je me suis lancée dans cette expérience durant la première semaine de juin. Ce n’était effectivement pas, à priori, la meilleure période. Cependant, nous avons eu une seule journée de pluie pendant tout ce trek. Le reste du temps, le soleil a été magnifique et nous a permis d’apprécier le trek.

Quelle voie choisir pour faire l’ascension du Kilimandjaro ?

Le choix de la voie se fait en fonction de votre temps ainsi que de votre préparation physique. L’ascension peut se faire entre 4 et 8 jours, tout dépend de la voie choisie.

L’ascension du Kilimandjaro peut se faire par huit voies différentes:

  • Voie Marangu, également appelée la voie « coca-cola » est la plus connue et la seule équipée de refuges. 
  • Voie Machame, une des plus belle voie pour faire l’ascension du Kilimandjaro. L’ascension peut être réalisée en 6 ou 7 jours.
  • Voie Lemosho, elle se trouve à l’Ouest de la montagne. Cette voie est relativement difficile et peu fréquentée.
  • Voie Rongai, il s’agit de la seule voie venant du Nord dont le départ se fait du Kenya.
  • Voie Shira, une des voies les plus sauvages.
  • Voie Western Breach, il s’agit du passage le plus ardu et le plus spectaculaire pour accéder au cratère du Kibo.
  • Voie Umbwe, voie relativement exigeante car assez rapide avec un chemin parfois chaotique.
  • Voie Mweka, cette voie a été interdite à la montée il y a quelques années. Aujourd’hui, on y passe obligatoirement pour redescendre de la voie Machame et de la voie Shira.

Pour ma part, j’ai choisi de faire l’ascension du Kilimandjaro en passant par la voie Machame. 

Pourquoi ce choix ?! Et bien tout simplement car cette voie fait partie des plus jolies voies avec une acclimatation suffisante pour atteindre le sommet. 

L’ascension du kilimandjaro par la voie Machame en 6 ou 7 jours ?

Une fois que vous avez choisi de faire l’ascension du Kilimandjaro par la voie Machame, vous vous demandez surement s’il vaut mieux réaliser l’ascension en 6 jours ou bien en 7 jours ?!

La réponse dépend de vous, de votre entraînement physique et de la façon dont vous supportez l’altitude.

Également le prix varie si l’on choisi 6 jours ou 7 jours. Plus le nombre de jours pour réaliser l’ascension du Kilimandjaro est important, plus le prix sera élevé.

Veuillez noter que la différence de prix entre les deux expéditions est d’environ 200$US à 500$US en fonction de l’agence de voyage et de votre pouvoir de négociation.

Le choix des 6 ou 7 jours pour le trek via la voie Machame ne dépend que de vous. Sachez qu’en choisissant le trek sur 7 jours, vous augmentez vos chances d’atteindre le sommet car vous bénéficiez d’une journée supplémentaire pour vous acclimater à l’altitude. 

J’ai personnellement opté pour l’ascension sur 7 jours

Pour quelles raisons ? Tout simplement car je préférais mettre toutes les chances de mon côté pour atteindre le sommet. Bien qu’ayant fait quelques randonnées avant de me lancer à l’assaut du toit de l’Afrique, je n’étais pas habitué à une telle altitude. Ne connaissant pas ma réaction à l’altitude, bien que je sois tout de même sportive, j’ai préféré pouvoir bénéficier d’une journée supplémentaire d’acclimatation. 

Comment se déroule l’ascension du Kilimandjaro par la voie Machame ?

Ayant vécu cette extraordinaire aventure, j’ai pensé à vous partager mon expérience jour après jour. Evidemment, pour que cette aventure soit réussie, il faut bien se préparer et avoir l’équipement adéquat pour une telle ascension.

Jour 1 – Machame Gate (1 741m) à Machame Camp (3 000m)

Nous sommes partis vers 9h30 d’Arusha et nous avons atteint Machame Gate aux alentours de 12h. 

Une fois arrivé au Machame Gate, vous devrez vous enregistrer auprès du parc national du Kilimandjaro. Là-bas, une lunch box vous sera distribuée. Certains choisissent de déjeuner avant de commencer l’ascension, d’autres préfèrent commencer la marche pour ensuite faire une pause à mi-chemin. 

Si vous décidez de déjeuner avant d’entamer la marche, faites attention aux singes qui se trouvent sur l’air de pique-nique, ils sont à l’affût de la moindre nourriture qui échappera à votre attention, donc soyez vigilant. Il n’est pas rare que les touristes se fassent voler leur repas par les singes. 

C’est au Machame Gate que les sacs des porteurs seront pesés, en effet, le sac de chaque porteur ne peut excéder 20 kg. Ce qui est tout de même impressionnant étant donné qu’avec l’altitude il est plus difficile de marcher à un rythme soutenu avec tant de poids.

Votre premier jour de trek commence donc du Machame Gate. Lors de votre première journée, vous traverserez la forêt tropicale en empruntant un sentier bien balisé assez raide et surtout très humide. 

Pour ma part, mon trek a commencé sous la pluie, mais je vous rassure il s’agissait du seul et unique jour de pluie de la semaine. 

Lors de la traversée de la forêt, vous pourrez observer, si vous avez de la chance, plusieurs espèces de singes rares

Lors de cette première journée, vous apprendrez rapidement vos premiers mots de swahili, à savoir « pole, pole » qui signifie « doucement, doucement ». En effet, chaque porteur que vous croiserez et même vos guides auront tendance à vous répéter ces mots afin de ne pas utiliser toute votre énergie trop rapidement. 

Les guides sont importants selon moi, ils sont là notamment pour vous faire respecter un rythme de marche qui vous permettra d’aller au bout de vos 6 ou 7 jours d’effort. 

Après 4 heures et 11 km de marche dans la forêt, nous atteignons notre premier campement, le Machame Camp, situé à 3030 m d’altitude.

Une fois arrivé, le froid se fait ressentir au couché du soleil, nous ne tardons donc pas à nous couvrir pour ne pas attraper froid.

A tous les sites de campement, une fois arrivé, il est obligatoire de s’enregistrer auprès du « responsable » du campement pour des questions de sécurité.

Une fois enregistré, vous rejoindrez votre tente qui aura été monté par les porteurs (avec votre aide si vous souhaitez les aider). Par la suite, vous recevrez quotidiennement une petite bassine d’eau pour vous rafraîchir et laver rapidement puis le repas sera servi dans la tente.

Jour 2 – Machame Camp (3 000m) à Shira Camp (3 750m)

Après une première nuit fraîche, nous comprenons vite que le reste des nuits qui nous attendent seront d’autant plus froides

Toutefois, la chaleur du soleil en journée permet de nous réchauffer et de rendre l marche plus agréable.

Nous partons donc aux alentours de 9 heures du matin pour 5 km de marche effectués en 4 heures pour notre part.

Cette journée de marche commence de façon abrupte avec à mi-chemin, de magnifiques vues panoramiques. Le terrain est plutôt caillouteux avec une pente assez raide. 

Tout au long de la journée je n’ai pas cessé d’être épatée par les porteurs qui m’impressionnent sans cesse lorsqu’ils nous doublaient.

La deuxième nuit s’effectue au campement Shira. Il s’agit d’un campement situé à un endroit magnifique. Avec un ciel dégagé vous aurez droit à une vue imprenable sur le Mont Meru et en vous tournant vous aurait le droit à une vue sur le Kilimandjaro. 

Jour 3 – Shira Camp (3 750m) à Barranco Camp (3 900m)

La troisième journée est une grosse journée d’adaptation à l’altitude puisqu’elle se divise en deux parties :

  • De Shira Camp (3 750 m) à Lava Tower (4 600 m) : on commence de bon matin pour effectuer une marche de 7km pour atteindre Lava Tower. La difficulté peut se faire sentir pour certaines personnes n’étant pas habitués à une telle altitude. Vos guides ne manqueront pas de vous rappeler qu’il faut marcher doucement afin de s’acclimater à votre rythme. En arrivant près des 4 600 m, vos pas se feront plus lentement car le moindre effort se fera beaucoup plus ressentir. Nous avons effectué la montée en 4 heures. Une fois arrivés à Lava Tower, nous avons fait une pause déjeuner. Cette pause à une telle altitude permet de s’acclimater tranquillement. Pour ma part, j’ai ressenti un petit mal de tête à cette altitude qui est rapidement passé lorsque nous sommes redescendus.
  • De Lava Tower (4 600 m) à Barranco Camp (3 900 m) : après le déjeuner nous redescendons tranquillement vers le prochain campement se trouvant à 3km. Mon mal de tête est passé avec un petit doliprane et après avoir bu beaucoup d’eau. Nous sommes arrivés 2 heures après au campement.

Le campement Barranco est encore un endroit magnifique où nous avons pu assister à un magnifique coucher de soleil au pieds du Kilimandjaro. 

Jour 4 – Barranco Camp (3 900m) à Karanga Camp (3 995m)

Cette étape commence de manière très abrupte. Nous commençons de bon matin avec un mur très raide à monter. Effectivement, pour vous donner une idée, il s’agit d’un mélange entre une marche et de l’escalade

Là encore, les porteurs m’impressionnent énormément. Ils portent des sacs de 20 kg et montent pour certains en jean, petites baskets à une vitesse impressionnante. 

Ces jeunes sont extrêmement courageux et forts.

« Nguvu kama Simba » ce qui signifie « fort comme un lion » en Swahili.

Une fois en haut de ce mur, vous pourrez profiter d’une petite pause avec une très belle vue sur le Mont Meru notamment. 

D’ici, vous continuerez la marche jusqu’au campement Karanga en alternant petites montées et descentes entre les rochers. Vous rencontrerez encore quelques rares fleures à cette altitude. 

Nous avons effectué cette quatrième étape de 6 km en 4 heures.

Les personnes ayant choisi de faire le trek par la voie Machame en 6 jours combinent les jours 4 et 5 en une seule journée.

Une fois arrivés au campement et après avoir repris quelques forces, si vous le sentez vous pourrez aller explorer les alentours et grimper de quelques centaines de mètres afin de vous acclimater un peu à une plus haute altitude.

Il s’agit du dernier camp où l’on peut trouver une source d’eau.

Pour information, tout au long du trek, les porteurs vont remplir des sauts d’eau venant des sources du Kilimandjaro. Ils font bouillir l’eau afin que nous puissions boire tout au long de notre expédition. Au delà de cette altitude, il n’y a plus de source d’eau et donc les porteurs seront obligés d’effectuer des allers retours entre ce camp et le camp suivant.

Jour 5 – Karanga Camp ( 3995m) à Barafu Camp (4673m)

Il s’agit de la dernière journée avant la grande ascension finale. Il est donc nécessaire de garder un maximum de force pour le lendemain.

Cette étape de 4km peut s’effectuer en 4 heures

A cette altitude le paysage est lunaire et la baisse des températures se fait nettement ressentir. 

A partir de cette étape, j’ai commencé à mettre le bonnet durant la journée. En effet, bien que le soleil soit présent, le fond de l’air frais se fait ressentir et peut nous refroidir. 

Cette étape n’étant pas très longue, elle nous permet de nous reposer lorsque nous avons atteint le campement en début d’après-midi. 

Croyez moi, cela est bien nécessaire lorsque l’on sait que le départ pour l’ascension finale se fera à minuit.

A cette altitude, j’ai commencé à avoir mal à la tête. Le moindre petit effort semblait me demander beaucoup d’énergie. Je n’avais jamais vécu une telle chose. 

Lorsque je devais mettre un pas devant l’autre, j’étais essoufflée comme si je venais de courir 15km.

Nous nous reposons donc toute l’après-midi et préparons nos affaires pour le lendemain. Le repas nous est servi vers 17 heures pour que nous puissions aller nous coucher vers 19h avec un réveil programmé pour 23 heures.

Petite anecdote, le camp de Barafu est en pente et les toilettes se trouvent en bas. Ma tente se trouvait à environ 70 mètres au-dessus des toilettes. L’effort pour se rendre aux toilettes était tellement important pour nous que lorsque nous allions aux toilettes nous sommes restés assis devant les toilettes pour attendre d’avoir de nouveau envie d’y aller car effectuer l’aller-retour jusqu’à notre tente était bien trop fatiguant. 

Jour 6 – Barafu Camp (4 673m) à Uhuru Peak (5 895m) puis descente au Mweka Camp (3 100m)

Le réveil sonne à 23h pour un départ à minuit. 

Je vous mentirai en vous disant que j’ai dormi comme un bébé la veille de l’ascension finale. L’excitation est tellement forte qu’il est quasiment impossible de fermer l’oeil pour ces quelques heures.

Nous nous réveillons absolument gelés. Ayez conscience que les nuits peuvent être très froides. Je vous conseille notamment, chaque nuit avant de vous coucher, de glisser une gourde remplie d’eau bouillante dans votre duvet afin de vous en servir de bouillotte. 

A notre réveil les porteurs nous amènent un bon thé et des biscuits afin de nous réchauffer et de nous donner des forces pour l’ascension qui nous attend.

Nous nous apprêtons à marcher 5 km avec plus de 1200m de dénivelé pour atteindre le pic Uhuru qui se trouve à 5 895 m d’altitude.

Nous entamons la marche avec les lampes torches. Il fait froid mais la période la plus fraîche arrivera vers 3h-4h du matin. 

C’est parti pour 7 heures de marche. Le chemin est très raide, nous marchons lentement en faisant des petits pas car l’altitude complique la marche. 

Chacun réagit différemment. Nous rencontrons des personnes qui font demi-tour à cause du mal des montagnes. 

Pour ma part, j’ai l’impression d’être « stone », « bourrée » durant l’ascension. Je tangue un peu lorsque je mets un pas devant l’autre.

L’ascension est raide et à certains moment cela ressemble à de l’escalade. Nous faisons des pauses toutes les deux heures afin de se reposer un peu et de boire.

Sachez qu’une petite pause de 5 minutes fait énormément de bien et permet de retrouver beaucoup de force. Cependant, lorsque l’on s’arrête il fait extrêmement froid, il est donc impossible de s’arrêter longtemps.

Nous sommes arrivés à Stella Point (5 700 m) vers 6 heures pour le lever du soleil. Une fois là, il reste environ 1 heure de marche pour atteindre Uhuru Peak (5 895 m). L’excitation est présente, nous étions vraiment excités d’être si proche du but malgré la fatigue qui se faisait ressentir. 

Arrivée au Pic Uhuru

C’est à 7 heures du matin que nous atteignons le toit de l’Afrique. Nos bonnets et doudounes sont en train de geler mais nous sommes heureux d’avoir réussi cette extraordinaire aventure avec toute l’équipe.

Le soleil se lève et nous pouvons apprécier la vue et les dernières neiges du Kilimandjaro qui auront sans doute disparus d’ici 10 à 20 ans.

Malheureusement il ne faut pas rester trop longtemps à cette altitude car cela n’est pas bon pour le corps. Nous redescendons donc tranquillement jusqu’au campement où nos porteurs et cuisiniers nous attendent avec un bon petit déjeuner.

La descente se fait en 3 heures, l’épuisement se fait ressentir. 

Après un bon déjeuner et une petite sieste (trop courte) nous entamons la descente pour rejoindre notre prochain campement.

Le Mweka Camp se trouve à 10 km de Barafu Camp, nous arrivons donc au camp après 3 heures de marche

Sur le chemin de la descente nous sommes épuisés mais heureux de notre journée. 

Nous passons notre dernière soirée avec les l’équipe puis partons rapidement au lit.

Je suis tombée malade, mal de gorge, rhume, j’avais hâte de pouvoir prendre une bonne douche et de retrouver un vrai lit le lendemain.

Jour 7 – Mweka Camp (3 100m) à Mweka Gate (1 640m)

Le jour se lève, nous sommes fatigués et avons hâte de rentrer. 

Après le petit déjeuner et la distribution des tips aux porteurs et guides, nous entamons notre dernière journée de marche. 10 km de marche pour atteindre le Mweka Gate. La descente est raide à travers la forêt tropicale, le chemin que nous empruntons est réservé à la descente. 

Toutefois nous rencontrons quelques porteurs qui montent. On nous explique que certains porteurs empruntent ce chemin lorsqu’il manque de la nourriture ou des équipements pour les treks. Les porteurs doivent faire l’aller retour dans la journée. Je ne cesserai jamais d’être impressionnée par ces jeunes.

Enfin arrivé au Gate après 3 heures de marche, nous recevons notre attestation de réussite du Kilimandjaro !

On l’a fait ! 🙂

Ca n’a pas été facile tous les jours mais on y est arrivés, et vous aussi vous pouvez le faire avec de la détermination et de la motivation !

C’est une expérience extraordinaire à réaliser au moins une fois dans sa vie selon moi. Je suis ravie d’avoir choisi la voie Machame sur laquelle les paysages sont différents et magnifiques jour après jour.

Si cet article vous a plu, je vous conseille l’un des articles suivants sur la même thématique :

2 commentaires sur “L’ascension du Kilimandjaro par la voie Machame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *