L’ascension du Kilimandjaro : quelle est la difficulté ?

A quelle altitude se trouve le Kilimandjaro ?

L’ascension du Kilimandjaro en fait rêver plus d’un. En effet, atteindre le sommet du Kilimandjaro signifie se trouver sur le toit de l’Afrique

Quel incroyable sentiment que de se trouver à une telle altitude, surplombant les immenses plaines de la savane africaine

Le Kilimandjaro se trouve au Nord-Est de la Tanzanie et il est composé de trois volcans:

  • Le Shira : 3 962 m
  • Le Mawenzi : 5 149 m
  • Le Kibo : dont le pic Uhuru constitue le point culminant de l’Afrique

En swahili, « Uhuru » signifie « liberté ». Pour atteindre le pic Uhuru, il est obligatoire de passer par « Stella Point » se situant à 5 756 m d’altitude.

Le pic Uhuru quant à lui se trouve à 5 895 m d’altitude, ce qui fait de lui le sommet le plus haut de l’Afrique.

Quelle est la meilleure période pour gravir le Kilimandjaro ?

Il est possible de gravir le Kilimandjaro tout au long de l’année.

Néanmoins, certaines saisons sont favorables à son ascension et d’autres sont défavorables.

Bénéficiant d’un climat équatorial, la Tanzanie jouit d’une température agréable tout au long de l’année. Toutefois, on y trouve deux périodes de pluie :

  • De mars à juin
  • D’octobre à décembre

Certains conseillent donc d’éviter l’ascension du Kilimandjaro durant ces deux périodes. Toutefois, le climat étant changeant très rapidement, vous pouvez tout à fait vous lancer dans cette aventure pendant la saison des pluies. 

Pour ma part, j’ai fais l’ascension du Kilimandjaro à la fin de la saison des pluies (première semaine de juin) et le temps nous a été très bon.

Quelle est la durée pour faire l’ascension du Kilimandjaro ?

L’ascension du Kilimandjaro peut se faire de différentes façons car il existe huit voies différentes permettant d’atteindre le sommet.

La durée de l’ascension dépend de la voie choisie mais également de votre condition physique.

En règle générale, les voies permettant d’atteindre le sommet du Kilimandjaro s’effectuent entre 4 et 9 jours.

Toutefois, en fonction de votre forme physique et de votre entraînement, vous pouvez potentiellement gravir le Kilimandjaro en moins de temps.

En effet, le record du monde de vitesse pour gravir est redescendre le Kilimandjaro est détenu par Karl Egloff, un jeune équatorien d’origine suisse de 33 ans. Ce jeune à réaliser l’ascension puis la descente en 6 heures et 42 minutes en août 2014.

Quelle voie choisir pour faire l’ascension du Kilimandjaro ?

La voie que vous choisirez d’emprunter pour atteindre le sommet du Kilimandjaro doit correspondre à votre niveau et au temps que vous avez pour réaliser l’ascension. Elle peut se faire entre 4 et 9 jours.

L’ascension du Kilimandjaro peut s’effectuer par huit voies différentes:

  • Voie Marangu, autrement appelée la voie « coca-cola » qui est la plus connue et la seule équipée de refuges. 
  • Voie Machame, une des plus belles voies pour gravir le Kilimandjaro. L’ascension peut être réalisée en 6 ou 7 jours.
  • Voie Lemosho, elle se trouve à l’Ouest de la montagne. Cette voie est relativement difficile et peu fréquentée.
  • Voie Rongai, il s’agit de la seule voie venant du Nord dont le départ se fait du Kenya.
  • Voie Shira, une des voies les plus sauvages.
  • Voie Western Breach, il s’agit du passage le plus ardu et le plus spectaculaire pour accéder au cratère du Kibo.
  • Voie Umbwe, voie relativement exigeante car assez rapide avec un chemin parfois chaotique.
  • Voie Mweka, cette voie a été interdite à la montée il y a quelques années. Aujourd’hui, on y passe obligatoirement pour redescendre de la voie Machame et de la voie Shira.

En ce qui me concerne, j’ai décidé de passer par la voie Machame pour faire l’ascension du Kilimandjaro. 

J’ai fait ce choix car cette voie fait partie des plus belles voies avec une acclimatation suffisante pour atteindre le sommet.

Est-ce difficile de gravir le Kilimandjaro ?

Il s’agit d’une question très souvent posée. On peut voir beaucoup de choses sur internet concernant la difficulté sur l’ascension du Kilimandjaro.

L’ascension du Kilimandjaro n’est pas une ascension nécessitant des connaissances une expérience poussée en alpinisme. En effet, le peu de neige qu’on y trouve ne pousse pas à l’utilisation d’un équipement de professionnel de l’alpinisme. 

Gravir le Kilimandjaro peut être réalisé par presque tout le monde. Il s’agit avant tout d’une randonnée sur plusieurs jours à une altitude élevée. Il n’y a donc pas de réelle difficulté technique pour atteindre le sommet.

Le Kilimandjaro est accessible pour tout le monde. Il faut, à minima, avoir 10 ans pour se lancer dans une telle ascension. 

Lors de mon ascension, j’ai été épatée lorsque j’ai rencontré une dame de 80 ans qui faisait l’ascension du Kilimandjaro avec sa fille.

Tout ça pour vous dire qu’il est tout à fait possible d’atteindre le sommet avec un petit peu d’entraînement, une grande motivation et détermination.

Les statistiques parlent d’elles mêmes, le taux de réussite moyen est de 50% paraît-il. Ce taux varie en fonction de l’itinéraire choisi pour atteindre le sommet.

Quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer lors de l’ascension du Kilimandjaro ?

L’ascension du Kilimandjaro ne présente pas de réelle difficulté technique

Toutefois, voici les difficultés que vous pourrez rencontrer durant votre ascension :

  • L’effort physique sur la durée peut entraîner de la fatigue : en effet, l’ascension du Kilimandjaro s’étend sur plusieurs jours. Il est donc absolument impératif d’économiser ses forces pour l’ascension finale. Il ne faut pas chercher à établir des records sur les premiers jours car sinon vous n’aurez plus de force lorsque vous en aurait le plus besoin. Sachez que les guides sont là notamment pour vous donner le rythme et vous faire économiser vos forces.

  • Le mal aigu des montagnes : il s’agit d’une des plus grandes causes d’abandon. La réaction est propre à chaque et très personnelle. Certaines personnes ne perçoivent aucune gêne avec l’altitude. En revanche, d’autres personnes seront sujettes à des mots de tête, des nausées, des vomissements etc avec l’altitude. Sachez qu’il ne faut pas prendre tous ces symptômes à la légère car cela peut devenir réellement problématique. Il faut donc absolument en informer vos guides lorsque vous ressentez des premiers symptômes de malaise. 

Pour conclure, l’ascension du Kilimandjaro est accessible à ,presque, tout le monde, il n’y a pas de réelle difficulté technique. Toutefois, il ne faut pas sous-estimer le toit de l’Afrique car il est tout de même possible de rencontrer certaines difficultés.

Articles similaires

L’ascension du Kilimandjaro est une aventure extraordinaire à vivre. Voici mon témoignage de cette extraordinaire expérience que j’ai vécu.

De nombreuses agences proposent de faire l’ascension du Kilimandjaro. Mais alors laquelle faut-il choisir ?

Vous êtes prêts à vous lancer dans cette aventure ?! Cependant vous vous demandez encore quel équipement il est nécessaire d’apporter pour une telle ascension ?!

3 commentaires sur “L’ascension du Kilimandjaro : quelle est la difficulté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *